31 mai. 2011

ENT 1er degré : accord cadre Rectorat - AMIF

Par :

Mr William Marois, recteur de l’académie de Créteil, Mr Michel Teulet, Président de l’Association des Maires d’Ile de France et maire de Gagny (93)

Le 6 avril 2011, à l’occasion du salon annuel des maires d’Ile de France, le Recteur de l’académie de Créteil et le Président de l’AMIF ont signé un accord de coopération qui doit permettre de définir le cadre de mise en œuvre des espaces numériques de travail pour les écoles primaires.

Constituant depuis de nombreuses années un enjeu important dans le second degré, les ENT représentent désormais le chantier de ces prochaines années pour les écoles primaires. Des solutions ont déjà vu le jour dans plusieurs villes françaises ou sur des territoires plus étendus. Elles ont engagé les collectivités et l’Etat dans leurs compétences respectives mais aucune académie ne s’était engagée dans un partenariat aussi fort avec les collectivités pour proposer l’ossature d’un cadrage général de ce type de dispositif. C’est chose faite pour les ENT qui verront le jour sur le territoire de notre académie.

L’objectif de l’accord du 6 avril est bien d’aboutir à un consensus sur l’ensemble des spécificités générales des ENT qui seront développés, telles les modalités d’identification des acteurs de la communauté éducative, les informations diffusées, les ressources et services proposés, entre la collectivité et l’Education nationale, dans une perspective de la réussite du projet éducatif de chaque élève.

Cet accord installe le principe de la création d’un comité de pilotage académique. Il sera composé des acteurs représentatifs de l’Education nationale et des collectivités et devra arbitrer sur les préconisations principales relatives aux déploiements des ENT, dans le respect des directives ministérielles. Une convention académique sur les ENT sera élaborée, déclinée localement ensuite, par département.

L’objectif est bien d’inscrire la réflexion non pas dans le cadre d’une simple décision d’une ville ou d’une circonscription, mais d’envisager ce type de dispositif dans un cadre concerté entre tous les acteurs académiques et territoriaux, et en appui d’une expertise fondée également sur un partenariat étroit avec les fabricants et les éditeurs.

Cet accord engage les acteurs principaux que sont : le rectorat de Créteil, l’Association des Maires d’Ile de France (AMIF), avec le soutien de l’association des Maires de France (AMF) en collaboration avec l’Association Régionale des Technologies de l’Information (ARTESI) et l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF) .